preloader

Un établissement pour personnes en situation de handicap

Un établissement pour personnes en situation de handicap

Accueillir l'établissement pour personnes en situation de handicap

Ce projet, qui a reçu en 2018, le soutien du département et de l’ARS reste pour l’instant au point de départ. Le permis de construire déposé en décembre 2019 a vu sa date de validation limite le 23 octobre être repoussée jusqu’au 5 mars 2021. La fondation OVE, qui porte le projet, a déposé de nouvelles pièces complémentaires pour justifier la destruction de l’espace humide boisé, derrière la MJC. Il suffit pourtant d’observer ailleurs dans la ville, que les travaux de creusement se terminent invariablement par le rejet d’eau, techniquement appelés eaux d’exhaure: un chantier de construction d'une maison particulière a du être interrompu cet été car l'inondation des fondations avait déclenché un éboulement de terrain et risquait de fragiliser la maison voisine.

La réalisation de ce projet fait peser un risque d’inondation de la MJC pendant les travaux. Un pompage des eaux rejetées par le chantier devra être fait. Que faire des eaux? Les envoyer au réseau d’eau pluviale au risque de l’engorger ou de l’obstruer?

A l'occasion des travaux de la rue des Maraichers, un carottage du sol a été fait.

Nulle expertise est nécessaire pour remarquer les traces évidentes d'effritement dûes à l'humidité présente dans le terrain.

Sortir de l’impasse: nous avons fait appel au président du conseil départemental et à deux des vice-présidents afin qu’ils interviennent et permettent au projet de véritablement démarrer en promouvant sa réalisation sur l’emplacement du centre technique municipal dont le déménagement doit être organisé sans délai. Le centre ouvert sur la ville avec la rue inclusive imaginée par les architectes y prendra tout son sens. Aucune artificialisation nouvelle de terrain est nécessaire. Courrier adressé au président du conseil départemental et à deux vice-présidents

Notre courrier pointe la contradiction dans la politique de la municipalité: détruire un bois et faire appel à des subventions du département pour mettre en place des espaces naturels en ville. Citons-ici Francis Hallé, illustre botaniste:

Francis Hallé, illustre botaniste

Abattre un arbre adulte et le remplacer par un ou plusieurs jeunes arbres est une triple arnaque! Une arnaque au titre du patrimoine: un arbre adulte marque l'histoire d'un quartier, il est porteur de bien des souvenirs pour les habitants. Une arnaque économique: un arbre ne demande pas d'entretien ou très peu alors qu'il faut acheter des jeunes arbres, les planter, les arroser pendant plusieurs années, et tout cela a un coût. Une arnaque écologiquee: il faut attendre plusieurs années avant que les jeunes arbres deviennent adultes et qu'ils aient la même empreinte écologique que l'arbre abattu.


L’espace derrière la MJC devra être ensuite classé Espace Boisé Classé à la prochaine révision du Plan Local d’Urbanisme, révision absolument urgente pour mettre fin à la frénésie des promoteurs qui multiplient les permis de construire pour des immeubles avec des dizaines de logement à la place de pavillons dans une ville dont la circulation est saturée.